FINANCEMENT 15 mai 2020

Des mesures pour le secteur culturel à Bruxelles

Afin de soutenir le secteur culturel et créatif bruxellois, le Gouvernement bruxellois et les Commissions communautaires française et flamande ont approuvé ce jeudi une enveloppe de 8,4 millions d’euros.

Le gouvernement bruxellois a décidé d’accorder une prime sectorielle régionale unique de 2000 € pour toutes les organisations culturelles et créatives touchées par la crise causée par le coronavirus. Elle sera octroyée sur demande expresse de l’organisation auprès de Bruxelles Économie Emploi via un formulaire en ligne disponible prochainement.

Une aide exceptionnelle de maximum 1.500€

Le Gouvernement bruxellois dotera un fonds de 5 millions d’euros pour l’octroi d’une aide exceptionnelle aux travailleurs intermittents de la culture subissant des pertes de revenus suite à l’annulation ou au report d’événements en raison de la crise, et qui n’ont ni accès au chômage temporaire, ni au droit passerelle. Cette aide de maximum 1.500 € par personne permettra de couvrir une partie des besoins élémentaires de ces citoyens mais aussi de soutenir l’emploi bruxellois. Elle est réservée aux travailleurs qui la demandent et dont le statut répond aux conditions définies.

Le gouvernement bruxellois veut également plancher sur des mesures spécifiques de relance et de redéploiement avec les trois entités : la Région de Bruxelles-Capitale, la Commisson communautaire française (COCOF) et la Vlaamse Gemeenschap Commissie (VGC).

« La Région prend la mesure de l'urgence pour les travailleurs intermittents de la culture et de leur apport humain, social, culturel et économique indiscutables pour notre ville. Si nous voulons être la capitale européenne de la culture à un horizon de 10 ans et continuer à exister sur la scène nationale et internationale, on se doit de soutenir le terreau culturel et créatif bruxellois », a indiqué le Ministre-Président Rudi Vervoort.

Les modalités précisées pour la prime de 2.000€

Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale s’est également accordé sur les modalités de l’introduction d’une prime d’un montant de 2.000 euros destinée à soutenir les indépendants et entreprises qui connaissent une baisse significative d’activité en raison des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus. Cette prime sera accessible aux ASBL ayant un siège d’exploitation en Région de Bruxelles-Capitale et dont l’objet social a un caractère économique ou commercial et qui n’ont pas un financement d’origine publique dépassant 50%.

Pour y avoir accès, il est nécessaire qu’une majorité des employés soit en chômage temporaire à la suite de la pandémie.

Quand ?

L’introduction de la demande de prime pourra se faire au début du mois de juin. A l’instar de la prime de 4.000 euros, tout sera mis en œuvre pour que les démarches administratives soient les plus simples possible et que le paiement soit effectué dans les délais les plus courts, assure le Gouvernement. Vous pouvez vous inscrire dès à présent sur le site www.1819.brussels pour être informé de la date précise à laquelle le formulaire sera accessible sur le site internet de Bruxelles Économie et Emploi.

Sont exclues du dispositif, les structures ayant demandé la prime unique de 4.000 euros mais aussi toute autre prime mise en place dans le cadre de la crise COVID que ce soit en Région de Bruxelles-Capitale ou dans une autre région ou communauté.

Un plan de relance et de redéploiement 

Enfin, le Conseil des ministres a approuvé ce jeudi les bases d’un plan de relance et de redéploiement. Il répond à trois questions centrales :

  • Comment poursuivre l’engagement pris par le Gouvernement et les Collèges d’amener Bruxelles sur la voie de la transition économique, sociale et environnementale ?
  • Comment et selon quel modèle peut-on assurer un fonctionnement optimal de notre système sociosanitaire ?
  • Comment et selon quel schéma de développement peut-on reconfigurer l’aménagement spatial de notre ville-région tenant compte des différentes fonctions de la ville à savoir mobilité, logement, activités économiques, loisirs ?

Ce plan de relance et de redéploiement sera fondé sur les priorités de la Déclaration de Politique Régionale. Un comité de pilotage, reprenant l’ensemble des cabinets sous la coordination du cabinet du Ministre-Président, est chargé de l’élaboration du plan. Plusieurs groupes de travail seront formés, correspondants aux 2 task-forces déjà existantes sur l’économie et l’emploi et le social santé.