FINANCEMENT 16 octobre 2017

Marchand et non-marchand : des liens qui se resserrent et se diversifient

Les nouveaux enjeux, nés des crises successives, couplés à l’émergence de « citoyens consomm’acteurs » soucieux des valeurs, ont bouleversé le schéma économique, obligeant les entreprises à ne plus seulement mesurer leur performance en termes de profit financier. La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) a ainsi fait évoluer la relation entre secteurs marchand et non marchand d’un mécénat de soutien à un mécénat de partenariat, amenant à leur tour les acteurs associatifs à fournir des gages de solidité et de professionnalisation.

Les crises sociales, environnementales et financières successives à l’échelle mondiale ont fait naître de nouveaux enjeux internationaux et nationaux, établissant une nouvelle mesure de la performance : le développement durable, à savoir la recherche d’une activité économique pérenne, un comportement socialement responsable et un savoir-faire écologiquement viable.

En outre, ces nouvelles questions de société, couplées à l’évolution des technologies d’information et de communication ont fait émerger des « citoyens consomm’acteurs », plaçant les valeurs sociologiques, morales et éthiques au centre de leurs choix.

Que la finalité soit altruiste ou opportuniste (marketing voire mercantile), la réponse du secteur marchand à ces tendances de fond a profondément modifié les relations entre entreprises et milieu associatif. Longtemps figées, elles prennent désormais des formes à la fois d

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.