FINANCEMENT 29 mai 2017

Coup de projecteur sur la nébuleuse ISPPC et sa galaxie associative

Difficile d’imaginer l’ampleur de l’ISPPC et pourtant, l’intercommunale s’apparente à une toile qui englobe tout le secteur médico-social à Charleroi et ses alentours. Aujourd’hui, ses structures affiliées couvrent l’ensemble de l’offre en matière d’aide à la jeunesse en Pays de Charleroi, ce qui la place dans une situation de quasi-monopole face aux petites structures privées (ASBL et autres) spécialisées, écrasant toutes formes de concurrence et de diversification.

L’Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi (SCRL) est omniprésente dans le secteur hospitalier depuis sa création en 2000 puisqu’elle gère le CHU de Charleroi, actuellement sous le feu des projecteurs à cause des affaires entourant son directeur général Philippe Lejeune. Le CHU lui-même est très vaste puisqu’il englobe divers hôpitaux, cliniques, polycliniques et centres médicaux de la région. Jusqu’à la création de l’intercommunale, les hôpitaux publics du Pays de Charleroi étaient gérés pour la quasi-totalité par deux organismes distincts : le CPAS de Charleroi qui gérait le CHU et les hôpitaux affiliés, et l’IOS (Intercommunale des Œuvres Sociales).  Depuis tous les hôpitaux publics à l’exception de l’Hôpital Léon Neuens sont regroupés sous la houlette d’un même pouvoir organisateur. 

Le CHU de Charleroi comprend :

  • L’Hôpital André Vésale à Montigny-le-Tilleul
  • L

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.