DROIT 7 décembre 2017

RGPD : des mesures mal anticipées et des incertitudes

Une enquête montre que les entreprises sont mal préparées à l'arrivée du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Des risques que les ASBL doivent aussi anticiper.

Le 25 mai 2018, date d’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD), approche à grand pas. Selon une récente enquête de Trend Micro, le numéro un mondial dans le domaine des solutions de cyber-sécurité, les entreprises sont mal préparées face aux exigences du RGPD. Des retards qui illustrent une véritable cacophonie.

Voici les pièges dans lesquels les ASBL ne devront pas tomber.

Des mesures mal anticipées

La fuite des données

Pour rappel, « il est question de fuite de données lorsqu’une violation de la sécurité entraîne, de manière accidentelle ou illicite, la destruction, la perte, l'altération, la divulgation non autorisée de données concernant une personne physique identifiée ou identifiable transmises, conservées ou traitées d'une autre manière, ou l'accès non autorisé à de telles données » (art. 4, 12) RGPD).

Le RGPD prévoit que le respo

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.