RESSOURCES HUMAINES 2 mars 2020

Coronavirus : une absence peut-elle mener au licenciement ?

Les cas de coronavirus, bien que très faibles, augmentent en Belgique. Que faire notamment si un employé préfère rester chez lui ?

Selon l'UCM, un employeur peut envisager le télétravail pour ces travailleurs récemment revenus de Chine ou même d’Italie. Procéder de la sorte pourra être décidée d'un commun accord entre l’employeur et les travailleurs concernés. Pour mettre en place facilement le télétravail, réfléchissez notamment :

  • à la mise en place d'un cadre spécifique qui permettra de régler notamment les fonctions et activités compatibles
  • à l’équipement et le support technique éventuels 
  • à la prise en charge des frais

Un travailleur peut-il s'absenter si un membre de sa famille est atteint du coronavirus ?

Un employeur peut accorder au travailleur un congé non rémunéré pour qu'il traite un problème urgent et impérieux. On parle alors d’un congé pour raisons impérieuses. Il est nécessaire que le travailleur prévienne de ses absences et se justifie si son employeur le lui demande. Les travailleurs ont en principe droit chaque année à 10 jours de congé pour raisons impérieuses

L'absence au travail liée au coronavirus est-elle une cause de licenciement ?

Non, l’employeur qui utiliserait cette raison en vue de mettre fin au contrat de travail se verrait très certainement attaqué et condamné pour licenciement déraisonnable, rappelle l'UCM. En revanche, si la situation persiste, "une entreprise qui verrait son activité décliner, pourrait en principe envisager des licenciements pour raisons économiques."