Serrer les coûts, oui, mais pas n’importe lesquels !

Face à la crise sanitaire qui frappe notre pays, les associations vont devoir innover, se réinventer, repenser leur mode de fonctionnement. Aujourd'hui, il est notamment plus que jamais impératif de diversifier les sources de financement et de serrer les coûts. Découvrez les conseils de MonASBL.be.

Nous sommes au post-covidien, et la compétition des associations pour les subsides fait désormais rage : les besoins du secteur ont augmenté et les pouvoirs publics ont vu fondre leurs marges de manœuvre, limitant d’autant les subsides accordés aux associations. Leur octroi par projets a pris le pas sur le principe des enveloppes, les conditions sont devenues plus strictes et la couverture des frais de fonctionnement s’est réduite.

Du côté des ASBL, il est plus que jamais impératif de diversifier les sources de financement et de serrer les coûts.

Lire aussi : Innover, organiser, coopérer : 3 pistes pour serrer les coûts

Une double priorité : réduire la part des coûts fixes…

Dans la mesure où les moyens d’une ASBL dépendent aussi des activités qu’elle mène, que celles-ci soient marchandes ou subsidiées, elle doit surtout porter attention à la part de ses coûts fixes : loyers,

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.