Innover, organiser, coopérer : 3 pistes pour serrer les coûts

Comme toute entreprise, une association se doit de surveiller ses coûts. Et plus que jamais à l’ère Covid mais aussi post-Covid, parce que la concurrence qui existe entre les associations va probablement augmenter : besoins du secteur en hausse et diminution des marges de manœuvre des pouvoirs publics.

On s’attend à ce que les subsides accordés aux associations diminuent, que leur octroi par projets prenne le pas sur le principe des enveloppes, que les conditions deviennent plus strictes et que la couverture des frais de fonctionnement diminue.

Du côté des ASBL, il est donc plus que jamais impératif de réagir en serrant, pardon, en optimisant les coûts.

Lire aussi : 6 choses qui vont (devoir) changer après le Covid

S’organiser, ce n’est pas que du nyaka !

Philippe est à la tête d’une ASBL qui en assiste d’autres dans leur gestion. Celle-ci louait autrefois des locaux, qui ne servaient plus qu’à abriter les réunions hebdomadaires et à conserver la paperasse. Les tâches administratives étaient partagées entre les membres, qui alimentaient les archives lors des réunions. Le coût de ces locaux dépassait ce que l’association pouvait demander pour ses prestations et menaçait sa s

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.