De 0 à 1.000€ : le budget pour créer son site internet

Faire le design, définir les fonctionnalités, trouver l’hébergeur, assurer la maintenance... Les étapes de la création d’un site Internet semblent vite coûteuses. Seulement les prix sont aussi nombreux que les possibilités : plateforme, freelance, agence web... Dans ce labyrinthe de tarifs, MonASBL.be fait le point pour vous !

En tant qu’association, il est utile d’avoir un site Internet pour toucher un public large et communiquer sur ses différents projets. Alors que les plateformes éditrices se multiplient, les professionnels pratiquent également des tarifs très changeants : de la vitrine à la boutique en ligne, tout dépend du travail à fournir. De 0 à 1000€, la fourchette n’est pas très claire...

Lire aussi : 5 façons d'optimiser le site de son ASBL

Choisir un format pour son ASBL : besoins et étapes  

Définir ses besoins  

Avant, de savoir s’il est préférable de passer par une plateforme ou de faire appel à un professionnel, il faut définir ses besoins. En fonction d’eux, il sera nécessaire d’utiliser une certaine plateforme ou une agence web, puisque les compétences requises ne sont pas les mêmes.  

Il existe trois types de format principaux : 

  • Le site vitrine : il contient les pages de base (accueil ; à propos ; équipe ; missions ; services/produits ; presse ; témoignages ; blog ; actualités ; contact). 
  • Le site portail : il contient davantage de fonctionnalités (espace membres avec connexion ; ressources et contenus téléchargeables ; traduction en différentes langues ; formulaires interactifs, etc.). Il est légèrement plus technique que le premier.   
  • Le site e-commerce : encore plus abouti, il intègre une boutique en ligne. Naturellement, il est donc plus coûteux. Ce format peut par exemple être utile pour vendre des produits au profit de l’association. 

Site Internet : les coûts à prévoir 

Si les coûts dépendent du format, ils peuvent se diviser en plusieurs étapes, toutes plus ou moins nécessaires dans le processus : 

  • Un site Internet doit être hébergé : il doit donc avoir un emplacement et une adresse (nom de domaine). Selon les extensions, il faut prévoir entre 5 et 10€ par an. Par exemple, pour obtenir “.be”, les tarifs sont en ce moment de 4€ à l’achat, puis de 7€ pour chaque année renouvelée.  
  • Il faut aussi prévoir un coût de maintenance. Pour corriger les bugs ou pour développer d’autres fonctionnalités, l’entretien est plus ou moins essentiel. Ici encore, difficile de définir un budget : un site vitrine ou portail peut se gérer avec peu de compétences, tandis qu’une e-boutique nécessitera un technicien. C’est en fonction de ces besoins que le choix d’un abonnement ou du recours à un professionnel doit se faire.  
  • Enfin, si le site est central dans l’activité, d’autres coûts peuvent s’ajouter : Google Analytics pour obtenir des statistiques, PayPal pour offrir une solution de paiement etc.  

Lire aussi : Les 5 points fondamentaux de l'ergonomie

Seul ou accompagné : lancer son site Internet 

Créer soi-même : le budget 

Pour des sites vitrine ou portail, il est tout à fait possible de créer son site soi-même via un éditeur. Les éditeurs proposent des modèles types qui sont adaptables : modèles, mise en page, services... Tout est relativement facile d’accès. 

La plupart des plateformes ont une version gratuite, et proposent ensuite des abonnements payants offrant plus de fonctionnalités. Sur ces éditeurs, le design, la conception, le nom de domaine, l’adresse mail et l’assistance technique sont souvent compris. Les prix varient selon les options, mais les principaux concurrents tels que Wix, Jimbo, ou Weelby tournent autour des 15€ par mois. Au-delà du gain de temps assuré, ils permettent de s’en sortir sans grandes compétences informatiques. 

Pour des usages plus poussés comme pour un site e-commerce, Wordpress peut être un bon intermédiaire : également hébergeur, la plateforme permet de développer ses propres fonctionnalités. La version gratuite existe mais est limitée. De 4 à 45€ par mois, Wordpress intègre un nom de domaine, Google Analytics ou l’option boutique.  

Faire appel à un professionnel 

L’appel à un développeur freelance ou à une agence web peut être une solution si le projet est plus complexe. En freelance, les prix débutent à 500€ pour un site vitrine, et 800€ pour un site portail. Mais ici encore, tout dépend de la complexité, du nombre de pages, et du travail nécessaire. Si le projet est vraiment ambitieux, une agence web a le mérite de fournir un accompagnement complet dans toutes les étapes du processus (développement, graphismes, communication, etc.).  

À noter que si les coûts semblent significativement plus élevés, les professionnels représentent aussi une valeur sûre. Si le projet demande beaucoup d’investissement, ils constitueront toujours un meilleur service. Si en chiffrant vos besoins, le recours à une plateforme dépasse les 300€ annuel, la solution professionnelle sera sûrement plus rentable.