ASBL pour proches : « Le jour où on va disparaître, où va-t-il aller ? »

« Quel avenir pour mon enfant né « atypique » ? » C’est la question que se posent de nombreuses familles vivant la situation de handicap de leur enfant. Grâce à leur ASBL, des parents ont créé des lieux de vie adaptés à ces enfants afin de leur offrir une vie similaire à celle des autres membres de la fratrie. Rencontres avec deux associations bruxelloises : l’ASBL La lune pour rêver et Coupole bruxelloise pour l’Autisme.

L’annonce d’une maladie ou d’un handicap dès la naissance d’un enfant est une épreuve difficile. Il y a 15 ans, Béatrice Meurant et son mari ont appris que leur fils, Liam, était atteint du syndrome du X fragile, qui entraine une déficience intellectuelle légère, voire importante, chez l’homme. « Aujourd’hui, tant qu’il est petit, nous sommes présents pour lui », se disent les parents de Liam. « Mais une fois qu’on va disparaitre… où va-t-il aller ? ».

Par conséquent, c’est un autre cheminement qui se met en place dans l’esprit de la famille. « Dès sa naissance, on a pensé à sa vie de jeune adulte et à un possible hébergement. Mais à part les institutions classiques, il n’y avait pas grand-chose qui correspondait à notre envie : un lieu différent des centres d’hébergement où les adultes peuvent être le plus possible autonomes, accompagnés d’éducateurs spécialisés et quel que soit leur

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.