ASBL pour proches : « Le jour où on va disparaître, où va-t-il aller ? »

« Quel avenir pour mon enfant né « atypique » ? » C’est la question que se posent de nombreuses familles vivant la situation de handicap de leur enfant. Grâce à leur ASBL, des parents ont créé des lieux de vie adaptés à ces enfants afin de leur offrir une vie similaire à celle des autres membres de la fratrie. Rencontres avec deux associations bruxelloises : l’ASBL La lune pour rêver et Coupole bruxelloise pour l’Autisme.

L’annonce d’une maladie ou d’un handicap dès la naissance d’un enfant s’accompagne généralement d’une série d’épreuves à surmonter. Il y a 15 ans, Béatrice Meurant et son mari apprenaient que leur fils, Liam, était atteint du syndrome X fragile, entraînant une déficience intellectuelle. « Aujourd’hui, tant qu’il est petit, nous sommes présents pour lui », explique Béatrice Meurant. « Mais une fois qu’on va disparaitre… où va-t-il aller ? ».

Être le plus possible autonomes

Et de raconter : « Dès sa naissance, on a pensé à sa vie de jeune adulte et à un possible hébergement. Mais à part les institutions classiques, il n’y avait pas grand-chose qui correspondait à notre envie : un lieu différent des centres d’hébergement où les adultes peuvent être le plus possible autonomes, accompagnés d’éducateurs spécialisés et quel que soit leur moyen financier ».

C’est ainsi qu’au fil de renc

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.