Coopération au développement : comment vivent les ASBL non accréditées ?

Toutes les ASBL de la coopération au développement ne peuvent pas bénéficier de subsides du fédéral. Pour vivre, elles doivent donc multiplier les sources de financement.

S’il fallait brosser un rapide portrait des associations dans le secteur de la coopération au développement, on pourrait le faire ainsi : il y a les organisations de la société civiles (OSC) accréditées par l’Etat belge – qui peuvent donc demander un financement fédéral – et il y a les autres.  

Les autres font partie de ce qu’on appelle le 4e pilier. Un grand « pot-pourri » dans lequel se mélange aussi bien des initiatives citoyennes que des mouvements de jeunesse, etc. « On peut trouver des organisations qui connaissent vraiment le secteur et qui sont très actives mais aussi le pire », expliquait Raphaël Maldague, directeur de l’ACODEV, la fédération des OSC.  

Les ASBL non accréditées souffrent-elles d’un manque de crédibilité a priori ? « Nous ne souffrons pas d’une mauvaise image, mais quand on est une ASBL professionnelle il faut se battre deux fois plus pour être connue et r

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.