Avis de l’expert : ASBL pour proches, attention à la charge émotionnelle

Créer une association pour son enfant ou un proche n’est pas un acte anodin. Quels sont les pièges à éviter ? Comment se protège-t-on tout en poursuivant sa mission ? Pierre Gérain, doctorant en sciences psychologiques et spécialiste des aidants proches, a répondu aux questions de MonASBL.be.

Se sentir moins seul, trouver des réponses à ses questions… Si les effets positifs d’un engagement vers l’associatif après une expérience douloureuse sont nombreux, Pierre Gérain, doctorant en sciences psychologiques et spécialiste des aidants proches, met en garde : « Le challenge c’est de faire en sorte que sa propre expérience soit davantage une ressource qu’une barrière ».

En effet, les expériences de ces proches qui créent une ASBL pour un enfant, un ami ou encore une sœur atteinte d’une maladie ou d’un handicap auront un impact sur leurs actes et leurs relations.

Ainsi, pour Pierre Gérain il est important d’avoir conscience que « son expérience peut interférer dans la mission qu’on s’est donnée. Il faut être à l’écoute et conscient de ce risque ». Au quotidien, il est donc nécessaire de se poser la question : « Lorsque j’ai la casquette de président(e) d’ASBL, est-ce que c’es

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.