Travail associatif : les associations sportives déçues

Ce lundi, la commission des Affaires sociales de la Chambre a approuvé la proposition de loi relative au travail associatif. Regrettant un système incomplet, le Comité olympique et interfédéral belge (COIB), l'Association interfédérale du Sport francophone (AISF) et la Vlaamse Sportfederatie (VSF) ont appelé à une solution plus viable pour 2022.

Afin d’assurer une continuité au statut de travailleur associatif, la commission des Affaires sociales de la Chambre a approuvé ce lundi la proposition de loi déposée en juillet. Ayant été largement amendée depuis, le COIB, l’AISF et la VSF qui représentent plus de 30.000 clubs sportifs se sont dit déçus du système qui entrera probablement en vigueur en 2021.  

Lire aussi : Retour du travail associatif : la proposition de loi adoptée en commission

Des coûts trop élevés pour les clubs

Si elle est adoptée en séance plénière, la nouvelle loi permettra aux clubs sportifs de continuer d’engager des travailleurs associatifs et de les rémunérer jusqu’à 6.000€ par an jusqu’au 31 décembre 2021. Mais contrairement au système actuellement en place, une cotisation sociale de 10% sera à la charge des associations tandis qu’une autre contribution de 10% sera à la charge du travailleur occasio

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.