Construire son business plan associatif - Leçon 11 : acquérir les moyens de son activité

Face aux moyens à mettre en œuvre, encore faut-il identifier ce qui va nous permettre de les acquérir : dégager des recettes courantes ou faire appel à un financement ? Une équation simple à poser, mais difficile à résoudre, comme nous l’explique Marc Thoulen, expert auprès de MonASBL.be.

Recettes courantes ou recours au financement ?

La question ne se pose évidemment pas dans les mêmes termes pour les dépenses courantes, qu’on imagine difficilement être financées autrement que par des recettes courantes, et pour les investissements, en locaux, mobilier, équipements, voire en stocks, pour lesquels la question se pose de savoir si on veut les couvrir par des recettes courantes (en pratique par auto-financement) ou par le recours à des capitaux (surtout si ceux-ci proviennent de tiers). 

Recettes courantes : explorez vos limites

Commençons par les recettes courantes : pour l’essentiel, elles sont constituées de recettes de prestations et de cotisations, ainsi que de transferts, sous forme de subsides publics ou dons privés.

  • Travaillant beaucoup sur des objectifs sociétaux, ou sociaux, les ASBL, à l’exception notables des entreprises sociales, recherchent rela

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.