Trucs et astuces pour un crowdfunding réussi !

Présentation du projet, analyse du réseau, montant des fonds à récolter, durée de la collecte, etc. : jetez un œil à ces trucs et astuces qui vous feront gagner un temps précieux dans la préparation de la campagne de crowdfunding de votre ASBL et augmenteront vos chances de succès !

Présenter votre projet

Opter pour un titre court, percutant, mobilisateur et facile à retenir. Le titre résume l'objectif de votre projet.

Résumer son projet, son activité ou son ASBL en une phrase (4 à 5 mots-clés).

Développer son histoire. Aller à l'essentiel (raconter une seule histoire) n’empêche pas d'être complet :

  • parlez de vous et de votre projet (2-3 lignes au maximum),
  • de vos motivations (1-2 paragraphes),
  • de la manière de le concrétiser (1-2 paragraphes)
  • de vos besoins (1-2 paragraphes)
  • et, le cas échéant, des contreparties (1-2 paragraphes).

Jouer la carte de la sincérité et de la transparence : n'hésitez pas à détailler les différents postes budgétaires qui constituent le montant total à récolter, soyez très concret en décrivant l'utilisation qui sera faite des fonds.

Éviter d'être trop technique ou d'utiliser du jargon.

Adopter un style court et direct : privilégiez la voix active.

Mettre l'aspect positif des choses en avant.

Lire aussiCrowdfunding : la clé du marketing et de la communication

Parler de votre projet

Préparer une FAQ, par exemple sur la base des questions qui vous sont le plus fréquemment posées dans le cadre de vos activités d'ASBL.

Anticiper certaines questions, du type « Pourquoi avoir opté pour le crowdfunding ? », « Quelles sont vos autres sources de financement ? », etc.

Chaque fois que l'opportunité se présente, insistez sur la valeur ajoutée de votre projet ou de votre action.

Établir les contreparties

Être réaliste : proposez des contreparties que vous êtes sûr de pouvoir tenir.

Être cohérent : proposez des contreparties dans l'esprit de votre projet.

Afin d'attirer un maximum de contributeurs, prévoyez au moins un petit montant (5-10 euros) donnant lieu à une contrepartie (un remerciement sur le site de l'ASBL, par exemple).

Limiter à 6 niveaux de contrepartie, dont 3 inférieurs à 100 euros, 2 entre 100 et 500 euros et 1 supérieur à 500 euros.

Calculer le montant à récolter

Le montant cible doit prendre en compte quatre éléments :

  • les fonds nécessaires à votre ASBL,
  • les dépenses liées à la campagne de crowdfunding,
  • les frais liés aux contreparties
  • et la commission à verser aux intermédiaires (la plateforme).

Tenant compte de la règle du tout ou rien, et sachant que tout ce qui excède le montant cible est pour vous, établissez un montant minimal critique à atteindre.

Fixer la durée

La durée de votre campagne doit tenir compte de vos moyens de communication et de mobilisation.

Elle doit être suffisamment longue pour vous permettre de mobiliser l'ensemble de vos cercles, mais suffisamment courte pour éviter l'effet inverse, à savoir la démobilisation du réseau.

Le timing a également son importance : tenez compte de la concurrence (campagnes semblables à la vôtre en cours ou récemment terminées) et de l'actualité (certaines périodes sont moins propices que d'autres : fêtes de fin d'année, vacances estivales, etc.).

Déterminer votre réseau de communication

Définissez votre réseau en distinguant bien vos trois cercles de communication :

  • vos contacts directs personnels et professionnels,
  • vos contacts indirects personnels et professionnels,
  • le grand public et les médias.

Pour établir la liste de chaque cercle utilisez

  • votre carnet d'adresses (et celui de l'ASBL),
  • les listes utilisées par l'ASBL pour l'envoi de la newsletter ou les invitations aux événements qu'elle organise tout au long de l'année,
  • les réseaux sociaux (les utilisateurs qui vous suivent et que vous suivez, mais aussi ceux, particuliers et organisations, qui sont actifs sur des thématiques en lien avec votre ASBL),
  • les sites spécialisés,
  • les annuaires professionnels,
  • la liste des médias et de la presse spécialisée, susceptibles d'être intéressés par votre histoire,
  • etc.

Lire aussiComment faire parler de votre ASBL dans les médias ?

Mobilisez l'ensemble des membres de l'ASBL pour étoffer la liste des contacts directs et indirects.

Hors ligne, identifiez les événements (salons, conférences, séminaires, rencontres, etc.) et lieux (cercles, etc.) où être présent pour parler de votre ASBL et de votre projet.

Pour l'ensemble des contacts identifiés, réunissez un maximum d'informations : coordonnées complètes, url pertinentes (profils/comptes sur les réseaux sociaux), etc.

Communiquer en ligne

Planifiez un maximum vos activités à l'avance.

Ne communiquez pas dans tous les sens en même temps. Votre stratégie de communication doit couvrir la durée de la campagne (sans temps mort). Quand l'occasion se présente, raccrochez votre projet à l'actualité.

Même si votre budget est limité, utilisez les publicités en ligne (sur les réseaux sociaux, sur les moteurs de recherche).

Adoptez une communication spécifique pour chaque cercle.

On n'attend pas la même chose d'un proche ou d'un journaliste.

Soignez le ton et le contenu !

N'ayez pas peur d'adopter un ton décalé, parfois (l'humour fonctionne toujours bien).

Attention aux contenus multimédias :

  • Soignez la qualité des photos et des vidéos.
  • Utilisez des formats adaptés au support (pour le web, évitez les fichiers trop lourds, pour la presse écrite ou la télévision, par contre, fournissez la meilleure qualité d'image possible).
  • Évitez les photos de banques d'images : vous racontez une histoire vraie.
  • Mettez en avant la dimension humaine et sociale de l'ASBL.
  • Idéalement, votre clip vidéo ne doit pas dépasser une minute et demie. L'essentiel doit être dit dans les 15 à 20 premières secondes. Terminez par un appel à l'action clair (call-to-action).

Dans toutes vos communications, mentionnez vos coordonnées complètes (adresse, téléphone, site web, réseaux sociaux, etc.) et les personnes de contact.

Bien que l'essentiel de la campagne passe par des canaux numériques, ne renoncez pas au papier : affiches, prospectus, etc.

Gérer la relation avec les contributeurs

Appuyez-vous sur les contributeurs gagnés pour qu'ils parlent du projet autour d'eux, sans les relancer trop souvent.

Remerciez-les régulièrement, pendant et après, quelle que soit l'issue. Soulignez l'importance de leur rôle : vous avez besoin d'eux pour réussir.

Donnez-leur des nouvelles (évolution des dons, nombre de contributeurs, échos de la campagne dans les médias, etc.).

Rassurez les contributeurs indécis : ils ne courent aucun risque, si le montant cible n'est pas atteint, ils récupèrent leur mise. Donnez-leur envie en rappelant l'utilité du projet et en mettant en avant les contreparties potentielles.

Au-delà de la campagne, réussie ou ratée, gardez le contact avec eux. Ils pourraient être utiles à l'ASBL de bien d'autres façons.