"Travailler dans le non-marchand est-il vecteur de sens ?"

À l’heure où de nombreuses personnes seraient tentées par une reconversion professionnelle dans le champ du travail social, T. Persons nous livre son avis sur la question du sens dans le non-marchand. | Une carte blanche du Guide Social.

Il faut que je vous le confesse, cette semaine, j’ai craqué. C’était ce mercredi avec mon patient de 15 heure. Il était là, le teint aussi pâle que les fesses d’un curé, l’air épuisé par un travail insignifiant dans une grande entreprise bancaire à me renvoyer avec un petit sourire satisfait qu’il avait trouvé une piste pour aller mieux : se reconvertir dans un travail qui a plus de sens. De ma petite expérience, c’est là où je dois me contenir parce qu’a priori, deux options peuvent jaillir dans la bouche de mes patients : soit ils veulent devenir coach de vie pour empêcher d’autres collègues de tomber dans l’écueil de l’épuisement professionnel, soit ils m’expliquent, avec autant de conviction que Marion Cotillard quand elle meurt dans un blockbuster hollywoodien, qu’ils aimeraient travailler dans le social, faire quelque chose d’utile à la société, aux autres. Retrouver du sens, là où

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.