Stage et travail au noir, où est la frontière ?

Il est tentant, pour « boucher les trous » en cas de manque de personnel, d’occuper un stagiaire. Peut-on occuper des stagiaires dans tous les cas pour leur faire faire tout et n’importe quoi ? Est-ce possible d’occuper des personnes pour faire le café, les photocopies ou d’autres tâches similaires ? Recadrage…

A Bruxelles et en Wallonie, la notion de stage est très limitée : celui-ci doit être effectué dans le cadre d’un parcours scolaire, de professions réglementées ou par des demandeurs d’emploi dans des situations définies.

Pas question, dès lors, d’occuper un « stagiaire » en-dehors de ces situations.

Un stage effectué dans le cadre du parcours scolaire

Bien souvent, au cours du parcours scolaire, le jeune doit effectuer un stage. Ce stage sera effectué en entreprise ou au sein d’une ASBL.

Le contenu du stage est en principe définit dans une convention, entre l’école et l’ASBL concernée ou entre l’école, le jeune et l’ASBL.

Dans la mesure où ce stage s’inscrit dans le cadre d’une formation, l’ASBL qui l’occupe ne pourra se limiter à lui proposer de faire le café ou les photocopies. Le stage a pour objectif de confronter le jeune avec le milieu du travail et l’activité de l’A

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.