Détournement de fonds au sein d’une ASBL : de la loi aux cas concrets

Ces derniers mois quelques sanctions sont tombées à l’encontre d’acteurs du secteur associatif dans des affaires de détournement de fonds. L’occasion pour MonASBL.be de rappeler ce qui est prévu par la loi.

 

Détournement de fonds, argent piqué dans la caisse... Si la très grande majorité des ASBL agissent dans le but de rendre le monde meilleur, le secteur non marchand n’est pas à l’abri de pratiques malhonnêtes. Ces derniers mois, quelques acteurs du monde associatif ont d’ailleurs défrayé la chronique. C’est le cas notamment de la députée libérale flamande Sihame El Kaouakibi qui a détourné des centaines de milliers d'euros d’argent public, destinés à son ASBL Let’s Go Urban (LGU).

Commandez notre Guide Pratique "Les responsabilités des administrateurs de l’ASBL"

Des cas de détournements et peines encourues

Le cas de Sihame El Kaouakibi et l’ASBL Let’s Go Urban (LGU)

Les faits : Les accusations à l’encontre de la députée libérale flamande sont lourdes : des soupçons de malversations et de détournement de subsides. On parle notamment de la « disparition » de près de 450.000

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.